Plus on est de fous...

par Bruno Hourst

Présentation

Comment peut-on utiliser des photojolts avec 200 personnes, entassées dans un amphithéâtre, et en tirer un résultat intéressant en rapport avec le sujet étudié ? C'est un défi que l'on peut relever, en alliant le concept de « jeu-conférence » de Thiagi et le principe des photojolts.

Synopsis

Le présentateur interrompt sa présentation à un moment donné.

Il propose une photojolt en rapport avec le segment présenté précédemment.

But

Activer un segment d'une conférence ou d'une présentation.

Participants

  • Minimum : 50
  • Maximum : indifférent
  • Optimum : 100 à 150

Temps

10 minutes pour la photojolt, 10 minutes pour présenter les résultats.

Matériel et personnel

10 photos de type photojolts, sous forme de diapositives de présentation (PowerPoint ou équivalent). Numéroter ces photos de manière à ce que le numéro apparaisse clairement en surimpression, dans un coin de la photo.

Une carte bristol par participant.

Une personne pour trier les contributions des participants.

Déroulé

Segmenter la présentation

Lors de votre conférence ou de votre présentation, prévoyez de vous interrompre après un segment particulier.

Proposez une photojolt pour activer ce segment de présentation.

Projeter les consignes

Picture3.jpg

Vous pouvez par exemple proposer les consignes suivantes :

  • Il va vous être présenté 10 photos.
  • Choisissez-en une avec laquelle vous trouvez une analogie forte avec … (le thème du segment présenté).
  • Notez sur votre carte bristol le numéro de la photo choisie, et l’analogie que vous faites avec… (le thème du segment présenté).

Projeter les photos

Projetez les 10 photos deux ou trois fois, en énonçant à haute voix le numéro de chaque photo.

Demandez aux participants de suivre les consignes ci-dessus (choisir une photo, écrire le numéro de la photo choisie et l'analogie faite avec le sujet).

Ramasser les bristols

Faites rassembler tous les bristols écrits par les participants. Ramassez-les.

Expliquez que la suite de l'activité se fera un peu plus tard.

Confier le tri à une tierce personne

Demandez à une personne de bonne volonté de trier les cartes bristol par numéro de photo.

Continuer la conférence ou la présentation

Présentez un nouveau segment de votre conférence ou de votre présentation.

Si possible, faites en sorte que la fin de votre segment soit en rapport avec le segment précédent.

Présenter les analogies proposées par les participants

Placez les 10 tas de bristols devant vous.

Projetez à nouveau chaque photo, une à une, et lisez les analogies les plus fortes trouvées par les participants, entre la photo projetée et votre segment de présentation.

Servez-vous de ces analogies pour approfondir le sujet que vous traitez.

La machine à voyager dans le temps

de Glenn Hughes et Thiagi

Titre anglais : Time Travel

Extrait du Livret de jeux pour 52 photos à la carte (Éditions du Mieux-Apprendre)

Présentation

Comprendre comment les actions passées nous ont amené à notre situation présente nous permet de comprendre l'influence de nos actions présentes sur des situations futures. Êtes-vous capable de relier le présent au passé et au futur ?

Synopsis

Les participants étudient une photo. Ils la décrivent telle qu'elle est aujourd'hui.

Ensuite ils décrivent la scène telle qu'elle a pu être il y a 10 ou 100 ans, puis telle qu'elle pourrait être dans 10 ou 100 ans.

But

Comprendre comment une situation actuelle découle du passé et précède la future situation.

Participants

  • Minimum :1
  • Maximum : 30
  • Optimum : de 4 à 24

Configurations : seul, par paires, en trios ou groupes

Temps

  • < 5 minutes : par paires ou en trios, sans débriefing
  • De 5 à 15 minutes : en groupes, avec un petit débriefing
  • De 15 à 30 minutes : en groupes, avec un débriefing approfondi

Matériel

Un paquet de 52 photos à la carte pour 12 participants.

Picture2.jpg

Déroulé

Constituer les groupes

Formez des groupes de 4 personnes.

Distribuer les photos

Mélangez les cartes puis donnez une carte à chaque groupe.

Demandez aux groupes de mettre la carte au milieu de leur table.

Imaginer le passé

Demandez d'imaginer comment était la scène il y a 10 ou 100 ans.

Laissez 5 minutes de discussion.

Faire le lien

Discutez des raisons pour lesquelles la scène a changé ou est restée la même.

Laissez 5 minutes de discussion.

Imaginer le futur

Demandez d'imaginer comment pourrait être la scène dans 10 ou 100 ans.

Laissez 5 minutes de discussion.

Faire le lien

Discutez des raisons pour lesquelles la scène aura changé ou sera restée la même.

Laissez 5 minutes de discussion.

Partager

Demandez à chaque groupe de présenter leurs résultats aux autres groupes.

Accordez 2 minutes à chaque groupe.

Débriefing

Faites un débriefing de l'activité.

Variantes

Visualisation. Sélectionnez des images qui représentent le futur et le passé de votre photo.

Jongler avec le temps. Distribuez 3 photos. Définissez-en une pour le passé, une pour le présent et la dernière pour le futur. Demandez d'expliquer la transition entre le passé et le futur. Puis inversez le temps, le passé devenant le futur et vice-versa, et expliquez à nouveau le passage de l'un à l'autre.

Du côté de la « French Connection »

Bienvenue sur la page francophone du Gameblog de Thiagi. Cette page vous est proposée par l'équipe de Mieux-Apprendre, créatrice et animatrice du site www.thiagi.fr et de son thiagipédia. Cette page, ce mois-ci, est rédigée par Bruno Hourst.

***

C'est Thiagi qui m'a fait découvrir le concept de « photojolt », lors d'un atelier qu'il animait à Paris à notre invitation. Il avait apporté un jeu de 52 photos de son ami Glenn Hugues, avec lequel il avait écrit un livre éponyme. Le sous-titre du livre expliquait le concept : « Image-Based Activities that increase Clarity, Creativity and Conversation » : Activités basés sur des images pour développer la clarté, la créativité et les échanges.

Picture1.jpg

Après avoir expérimenté différents jeux, tirés du livre et utilisables avec des photos, je me suis rendu compte de tout l'intérêt du concept, qui rappelait beaucoup le « photolangage », et j'ai souhaité que Mieux-Apprendre développe ses propres jeux de photos.

Sous le titre de 52 photos à la carte, Mieux-Apprendre a ainsi publié trois jeux de 52 photos ainsi qu'un livret d'une vingtaine d'activités, et les a mis en vente. A ma grande surprise, ces jeux de photos ont eu – et ont toujours – beaucoup de succès.

Essayant de comprendre pourquoi, j'ai découvert que le concept de « photolangage », quelque  peu tombé en désuétude depuis sa création en France en 1965 – mais pour lequel de nombreux livres existent – était à nouveau beaucoup utilisé, autant en formation qu'en coaching ou pour toute autre situation nécessitant de libérer la parole. Car cela marche particulièrement bien.

Devant un tel succès, je me suis dit que nos voisins européens devraient sans doute avoir aussi besoin de jeux de photos. Et là, j'ai découvert que le concept de photolangage n'existait quasiment pas dans les pays voisins, pas plus en Grande-Bretagne qu'en Italie, Allemagne ou Espagne : il n'existe même pas vraiment de mot équivalent au mot français.

Dommage pour eux. Parmi les avantages d'utiliser le concept de « photojolt » ou le photolangage, on notera :

  • Cela clarifie les choses. Les photojolts aident un groupe à développer un langage visuel commun sur un sujet, un thème ou une problématique. Cette clarification apparaît également lors d'une séance de coaching.
  • Cela développe la créativité. Certaines photojolts sont particulièrement intéressantes pour développer une approche créative sur un problème complexe.
  • Cela facilite l'interaction. Les photojolts poussent les participants à parler, à dialoguer, à s'exprimer : on parle plus facilement d'une image que de ses propres sentiments ou de ses propres idées.
  • Les participants s'impliquent plus. Peu de chances que les participants restent à l'écart : il y a le choix de photos stimulantes pour l’œil comme pour l'esprit ; on manipule des cartes ; il y a un effet de surprise concernant les choix des autres participants ; etc.
  • Cela peut s'utiliser à tout âge, en tout lieu, dans toute culture. Les photojolts ne nécessitent pas de connaissances particulières ou de talent particulier ; elles peuvent s'utiliser même lorsqu'on ne sait pas lire ; on peut les utiliser dans n'importe quel pays, dans n'importe quelle langue ; on peut les utiliser avec des participants de tous âges, et dans des groupes comportant des âges différents ; beaucoup peuvent se jouer dans des situations variées : debout dans une salle, autour d'une table ou même à distance.
  • Cela ne coûte (quasiment) rien. Les coachs, formateurs, facilitateurs, managers peuvent utiliser les photojolts pour un coût quasi nul. Les cartes sont solides et peuvent être utilisées des centaines de fois.

Ainsi, en combinant la créativité de Thiagi et de Glenn Hugues – et la vôtre – avec le concept de « photojolt », vous avez là un outil simple, peu coûteux et particulièrement efficace de libérer la parole et la créativité.

Je vous propose de découvrir deux « photojolts », La machine à voyager dans le temps et Plus on est de fous... Les lecteurs francophones pourront également se reporter au Gameblog de mai 2016, dans lequel Nathalie Jacquemin présentait une autre photojolt : Recette pour un succès.

June 2018: Table of Contents

Endless Memories: A debriefing activity. One by One: A checklist game. Five-Ten-Five: A review activity. Thiagi’s Tweets on emotional intelligence. Matt’s Linked-In items. Brian’s tribute to Bernie DeKoven.

Read More